Polpette aux épinards, lentilles et citron

Pour le meat free monday, une petite recette sympatoche tirée de ma bible « A modern way to cook »: des polpette aux épinards, lentilles et citron. Glitterswonders vous en avait déjà proposé une version à tomber, la mienne est végétarienne, et je les sers avec des pââââââtes (mon péché mignon).

Pour les réaliser, il vous faut:

-l’équivalent de 100g de lentilles cuites (ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que ça fait en cru, je n’ai aucun sens des proportions, et je cuis toujours des légumineuses en avance)

-200g d’épinards (ou plus, moi j’adore les épinards, surtout s’ils sont frais).

– de l’ail (une gousse pour moi)

-le jus d’un citron

-50g de flocons d’avoine

-50g de parmesan (je prends le fromage en bloc, pas en poudre)

-1 œuf

  1. On part du principe que vous avez fait cuire préalablement vos lentilles. Si non, vous les mettez à cuire dans une casserole en suivant les indications sur le paquet. Et pendant ce temps, vous faites cuire vos épinards.
  2. Vous prenez  les lentilles cuites, vous les égouttez, vous les mettez dans un mixeur, avec l’ail, le jus de citron et le parmesan. Vous obtenez ainsi une forme de pâte.
  3. Vous transférez dans un saladier, vous mettez un œuf pour lier le tout, les flocons d’avoine, et vous les séparez en petites boulettes.
  4. Faites cuire les petites boulettes à l’huile d’olive dans une sauteuse.
  5. Servez. Moi je les accompagne de pâtes  et d’une bonne sauce tomate (tomates concassées, ail et céleri-branche bien mijotés ensemble), et bien sûr je remets du parmesan fraîchement râpé.

Voici un aperçu (la prochaine fois, je bosserai mieux l’aspect, parce qu’on se tape la honte quand même)

GetAttachment

 

Brownie aux framboises et pistaches

J’ai mes lubies culinaires, et mes gourous associés: en ce moment, je ne jure que par Anna Jones. Ses livres ne sont hélas pas traduits en français (ce qui n’entame en rien ma détermination à faire ses recettes), mais si vous lisez l’anglais et aimez la cuisine végétarienne goûteuse, jetez-y un œil, ça vaut le détour.

Pour en revenir à mes moutons, j’avais pour mission tantôt de réaliser un gâteau au chocolat. J’ai 20 000 recettes de gâteau au chocolat (un de mes incontournables étant l’exquis, le délicieux, le fabuleux Croustimoelleux des sœurs Scotto, dont nous reparlerons ultérieurement), mais étant dans ma phase lunatique (si vous avez bien suivi), je voulais faire le brownie aux framboises et pistaches de Miss Jones, tirée de son dernier livre « A modern way to cook ».

Je vous présente donc cette petite merveille, estampillée dairy free, IG bas, tout ce que vous voulez, mais surtout super bonne (rien ne me déprime plus que les mauvaises choses).

Pour la réaliser il vous faut:

-200 g de chocolat (70%)

-250 g de sucre de coco

-150 g d’huile de coco (j’ai pas fait dans la précision, j’ai pris 7 cuillères à soupe)

-150g de poudre d’amandes (j’ai pas fait dans la précision non plus, j’ai pris un sachet, soit 125g).

-3 œufs

-une barquette de framboises fraîches ou plusieurs poignées de framboises surgelées

-quelques poignées de pistaches au goût.

-de l’extrait de vanille (1 cuillère à café).

  1. Flanquez votre chocolat et votre huile de coco dans une casserole, et laissez fondre tout bien ensemble.
  2. Transférez votre mélange chocolat-coco dans un saladier, mélangez tout bien avec les œufs, le sucre de coco, et la poudre d’amande (faut se muscler le bras pour tout bien amalgamer).
  3. Parfumez avec un peu de vanille, mettez-y vos framboises et vos pistaches. Mélangez un peu sans écraser vos fragiles petites framboises.
  4. Faites cuire à 180 degrés, je dirais une petite demi-heure. Vérifiez la cuisson: faut que la texture soit chewy, pas un truc dur comme du bois.
  5. Régalez-vous!

Fichier

Voilà le résultat, moche sans aucun doute, mais preuve que ce gâteau ne dure jamais bien longtemps.

Vegan Birchermuesli

Le petit déjeuner est mon repas préféré, et je suis toujours en quête de nouvelles idées pour varier mon ordinaire. J’ai une nette préférence en semaine pour les textures porridge, muesli… toutes ces petites choses saines pour bien commencer la journée.

J’étais donc en quête de la recette authentique du Birchermuesli : j’ai trouvé celle-ci, très appétissante de la Cuisine de Bernard, mais je digère très mal les produits laitiers. En continuant mes pérégrinations sur Internet, je suis tombée sur une version beaucoup moins orthodoxe de Birchermuesli par Anna Jones, une auteure britannique végétarienne. J’avais tous les ingrédients dans mon placard, j’ai donc testé et adopté !

Il vous faut :

-3 ou 4 poignées de flocons d’avoine

-une poignée de graines de courge

-une poignée de graines de chia

-150 ml de lait de coco (ou amande)

-2 cuillères à soupe de sirop d’érable

-des fruits frais au choix (c’est particulièrement bon avec des pêches ou des nectarines) (en hiver j’aime des fruits juteux comme la mangue par exemple ou des poires bien mûres)

  1. Prenez votre bol de petit déjeuner, mettez-y vos flocons d’avoine, vos graines de courge, les graines de chia. Versez le lait de coco (à vous de voir la quantité : moi j’aime que ce soit bien crémeux, mais pas avec trop de liquide), et sucrez à votre goût. Laissez reposer toute la nuit.
  2. Le lendemain matin, sortez votre bol, touillez un peu, et rajoutez-y les fruits frais coupés en morceaux.

PS : si vous n’avez pas de graines de chia, vous pouvez quand même réaliser cette recette : les graines apportent juste un peu d’onctuosité à ce plat.  Il suffit juste de diminuer la quantité de liquide pour obtenir un muesli bien crémeux.

Polpette, kézako ?

Cette recette sicilienne es en fait une recette de boulettes de boeuf à la tomate. J’ai reproduit une recette trouvée sur ce blog que j’aime beaucoup parcourir. Je ne vais pas reproduire la recette ici car vous pouvez la retrouver  ici . Je peux en revanche vous mettre ici les photos de mon plat.

J’avais servi ces polpette à la sicilienne avec des gnocchi.

Auguro buon appetito !

Orange is the new lasagna

Avant toutes choses, je tenais à vous souhaiter une belle année 2016, pourvu qu’elle soit douce, qu’elle vous apporte amour, joie, bonheur, réussite et santé. Je pense qu’on peut mettre un terme à 2015 qui n’a pas été facile de bout en bout. J’ai une pensée particulière à ceux qui ont perdu un proche soit dans les tragédies qui nous ont touchées en janvier et novembre ou bien malheureusement tout au long de l’année. Je vous souhaite aussi de faire de merveilleuses recettes et nous souhaite d’avoir de nombreux visiteurs ou lecteurs.

J’ai voulu faire original, que cela soit dans la recette ou bien dans le titre, n’est-ce pas ?
Qu’allons nous cuisiner en ce début d’année ? Des lasagnes de potiron. Il s’agit plutôt d’un plat automnal mais on peut bien le déguster en plein hiver !

Voici les ingrédients en photo :
lasagnesingrédients

1 potiron coupé en morceaux –  2 oignons nouveaux – 2 têtes d’ail – 400g de poitrine fumée.

  1. Dans une cocotte, faire revenir l’oignon, l’ail et la poitrine fumée. Ajouter le potiron, le faire revenir pendant 5 minutes puis verser un bouillon de poule fait au préalable. Laisser mijoter à feu doux, cocotte couverte jusqu’à ce que le potiron soit cuit.

potironcuitlasagnes

2. Transvaser le potiron de la cocotte à un saladier et écraser à la fourchette.
3. Préchauffer le four à 180°C et faire la béchamel.
béchamel

4. Prendre un plat allant au four,  déposer les feuilles de lasagne, puis verser une couche de potiron, mouiller avec de la béchamel et rajouter du râpé. Refaire la même chose jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de préparation au potiron et de béchamel. Il faut finir par une couche de pâte avec de la béchamel.

lasagnes

5. Enfourner et faire cuire 50 min. Pour éviter que les lasagnes ne sèchent, vous pouvez mettre une feuille d’aluminium dessus.

Vous me direz des nouvelles de cette recette.

Enregistrer

La Maison en Pain d’Epices : casser 2015 pour mieux passer en 2016

Hansel et Gretel n’ont qu’à bien se tenir. Au moins jusqu’à la fin de la décoration de ce petit bâtiment. Si vous voulez transformer votre cuisine en annexe du BTP mangeable, voici une recette (et les instructions de montage) d’une petite maison en pain d’épices, faite, refaite, et toujours approuvée.

C’est Heidi, une collègue de mon cher et tendre, qui m’a donné cette recette qu’elle tient elle-même d’une amie finnoise. Vous dire si ça vient de loin.

Les ingrédients :

  • 500 g de farine complète
  • 50 g de miel crémeux
  • 50g de sucre roux
  • 50 g de mélasse noire
  • 50 g de corn syrup
  • 200 g de beurre salé
  • 2 c à café de levure
  • un peu de vanille liquide, poudre de cannelle, poudre de gingembre, mélange 4 épices (le poivre et le clou de girofle donnent un supplément d’âme). Pour la quantité c’est vous qui voyez en fonction de votre palais : il faut au minimum 1 cuillère à café de chaque, mais moi je mets plutôt une cuillère à soupe, parce que j’aime que ça soit relevé.

La préparation

Mélanger les ingrédients secs puis ajouter le beurre fondu avec le corn syrup, la mélasse, le miel et mélanger le tout. Attention à ne pas perdre votre bague. Ah non, ça c’est un autre conte.

La pâte doit coller un peu à la table, il faut donc fariner le plan de travail et le rouleau à pâtisserie (ou la bouteille qui vous en tient lieu).

Prendre des boules de pâtes et abaissez les à environ 5mm d’épaisseur (pas plus fin, sinon la maison se brisera trop facilement et le montage sera pénible) puis découpez-les selon le plan que toutes les gentilles patissières du Ouèbe ont gentiment mis à notre disposition (clic clic).

Enfournez vos morceaux de maison sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson (en silicone ça va très bien, la 1ère fois je n’étais pas équipée et j’ai cuit tout ça dans mon lèche-frite chemisé de papier cuisson) l’un après l’autre,

La cuisson dure environ 10 min (ça prend une belle couleur dorée) à 225°-250° (surveiller ça brûle vite).

Faites refroidir bien à plat.

un petit mur avec des petites fenêtres qui sort du four

Une fois que vous avez tous vos morceaux de maison, murs, toits, il reste de la pâte, dont vous pouvez faire des petits bonhommes, des étoiles ou des sapins, si vous avez des emporte-pièce ou du talent en découpage.

la pâte doit être bien brillante et sentir bon

Le montage

Là, c’est le corn syrup qui va nous sauver les miches : faites le fondre doucement dans une casserole avec un peu d’eau, puis attendez qu’il redevienne plus solide (et attention ça brûle très fort les doigts). Avec un couteau, prélevez un peu de ce caramel et appliquez le sur le bord de 2 murs, puis pressez les doucement mais fermement l’un contre l’autre quelques instants.

ici on voit la texture du caramel au corn syrup pendant le collage, c’est épais mais ça coule un peu

Normalement à ce stade, ils sont collés. Si ça ne colle pas, c’est un problème de caramel. Il est trop chaud, trop liquide, ou alors il n’a pas assez caramélisé.

La déco

(le plus dur c’est de ne pas la manger en la faisant)

Alors on obtient un bâtiment un peu moche, je vous l’accorde.

Mais c’est là que vos talents de décoratrice, et votre patience aussi, entrent dans l’arène.

Du glaçage à la royale (blanc d’oeuf et sucre glace) des smarties, des candy cane et des guimauves

Pour la déco, il y a de multiples exemples sur le net, mais franchement le plus amusant c’est d’acheter des paquets de bonbons et de décoration pâtissière, et de se lâcher. Le bon goût ne sera pas forcément au rendez-vous, mais après tout Noël est la fête la plus kitsch de l’année, alors il faut lui rendre honneur !!

Ensuite, il ne reste plus qu’à s’amuser à tout casser. Comme avec les lego. Mais en meilleur.

Orechiette ai broccoli

Il y a 10 ans je suis partie en vacances en Italie, à Rimini plus précisément. J’étais partie avec 3 amies et c’était nos premières vacances sans les parents. Tout ça pour dire qu’on logeait dans un hôtel et on avait pris, de mémoire, la pension complète. Chaque déjeuner et dîner commençait par un plat de pâtes. Je me souviens d’y avoir goûté des succulentes penne au brocoli. Du coup, il y a quelques mois, j’ai eu envie de refaire la recette (de mémoire)en remplaçant les penne par des orechiette.

Les ingrédients(pour 4 personnes) :

* 1 paquet d’orechiette Barilla
*400 g de brocoli
*10 cl de crème semi-épaisse
*1 oignon
*parmesan

1. Faire bouillir de l’eau dans une casserole. A ébullition, verser les pâtes, saler l’eau et ajouter de l’huile d’olive. Quand l’ébullition reprend, éteindre, couvrir et laisser cuire 12 minutes. Si vous avez assez de place, faire cuire dans cette même eau le brocoli ou alors le faire cuire à part.
2. Dans une poêle, faire revenir un oignon dans de l’huile d’olive. Quand le brocoli est cuit, l’écraser à la fourchette et le mélanger aux oignons.
3. Rajouter de la crème et mixer le tout, en essayant de laisser quelques morceaux.
4. Égoutter les pâtes, les placer dans un plat allant au four. Recouvrir de sauce et parsemer le tout de parmesan. Faire gratiner au four pendant 10 min.

Auguro buon appetito !

orichiettibroco2

Shortbread millionaire

On se retrouve aujourd’hui avec une recette sucrée à base de chocolat et caramel 🙂 Alors qu’est ce qu’un shortbread ? Il s’agit d’un sablé à base de sucre et surtout de beurre, d’origine écossaise. Mais là il s’agit d’un gâteau à trois couches : sablé, caramel et chocolat.
En cette période de fête, je me suis dis qu’un sablé aussi light serait le bienvenu.

Les ingrédients :
Pour le sablé
* 120 g de beurre
*180 g de farine
*60 g de sucre
*1 sachet de levure

Pour le caramel
*120 g de beurre demi-sel
*120 g de sucre
*1 boîte de lait concentré non sucré

Pour la couverture
*120 g de chocolat au lait

1.- Préchauffer le four à 180°C et beurrer ou fariner un plat rectangulaire ou carré.
2.- Mélanger dans un saladier, le sucre et le beurre. Puis ajouter la farine et l’oeuf. Mélanger à la fourchette puis malaxer avec les doigts. Disposer la pâte sablée dans le plat allant au four. Cuire 20 minutes et laisser refroidir 15 min.
3.- Placer tous les ingrédients pour le caramel dans une casserole et laisser chauffer jusqu’à ce que le mélange épaississe et prenne une couleur dorée.
Laisser refroidir cinq minutes et verser sur le bisuit sablé cuit.
4. Faire fondre le chocolat dans un fond d’eau pour ne pas le faire brûler et le verser sur le sablé et le chocolat.
5. Mettre au frigo et démouler le lendemain.

Bonne dégustation !

 

Chirashi saumon-avocat

Quelle bonne idée que de reprendre ce blog en cette période de fêtes ? Excellente me direz vous ! Je vous propose une recette pas du tout de saison mais hier soir j’avais une folle envie de chirashi et j’avais tous les ingrédients dans mon frigo !

Les ingrédients : (pour 2 personnes)
* 70g de riz rond
* 10 cl d’eau
*10 g de sucre
*4 cl de vinaigre de riz
*5g de sel fin
*1 pavé de saumon
*1 avocat
*Ciboulette fraîche
*graines de pavot

1.- Rincer le riz jusqu’à ce que l’eau soit transparente. Verser le dans une casserole en recouvrant juste d’eau. Faire cuire jusqu’à ce que l’eau bout, couvrir et laisser cuire pendant 12 minutes.
2.- Verser le vinaigre de riz, le sucre et le sel dans un plat à gratin. Mélanger le tout pour faire fondre le sucre et sel.
3.- Couper le saumon en lamelles, les placer dans un bol, ajouter une cuillère d’huile d’olive et la ciboulette fraîche. Réserver.
4.- Couper l’avocat en deux, le trancher, verser du jus de citron et les graines de pavot. Réserver également.
5.- Égoutter le riz, le verser dans la préparation vinaigre de riz et sucre. Mettre au frigo le temps que cela refroidisse.
6. Dans un bol : mettre le riz, les tranches de saumon et d’avocat. Rajouter de la ciboulette pour décorer. Vous pouvez assaisonner avec du soja salé ou sucré. Il est temps de déguster le tout avec des baguettes !

Bon appétit !

Ragoût de bœuf qui vous emmène au Cambodge

Allez, à mon tour de ranimer ce pauvre blog avec une recette qui va vous envoyer les papilles du côté du soleil levant, tout en leur laissant un petit goût doudou bien de chez nous. Et avec ce bel été pas indien qu’on se paie, franchement un peu de comfort food ne sera pas du luxe.

Comme il m’arrive d’acheter du bœuf et de l’agneau en lot, directement chez le producteur, je me retrouve avec plein de morceaux à faire mijoter, mais souvent à court d’idées. Le bourguignon et le bœuf carottes, c’est sympa mais un poil barbant à la longue.

L’autre dimanche, j’ai eu envie d’un Bo-Bun. J’adore les Bo-Bun. Mais à côté de chez moi, le moins qu’on puisse dire c’est que c’est le désert culinaire, alors j’ai canalisé ma frustration cette envie en préparant un truc approchant… ragoût de bœuf aux oignons et à la citronnelle. Vu que j’avais pas de rumsteack, mais plein de bourguignon, pot au feu et braisé dans le congèle… Et que le bœuf aux oignons, y en a dans le Bo-Bun (voyez, j’ai de la suite dans les idées…).

Bon donc, c’est pas le tout mais la nuit va nous gagner et y aura rien de fait.

Alors, il vous faut :

  • de la viande à ragoût (braisé ou bourguignon) que vous découpez en petits morceaux fins pour que ça cuise pas trop lentement
  • pleiiiiiiins d’oignons blancs ou jaunes que vous émincez finement
  • de la citronnelle en petits tronçons (perso j’en ai au congélo, mais frais c’est encore mieux)
  • de la sauce soja salée
  • du vinaigre de riz
  • de l’huile de sésame
  • de l’huile neutre
  • (optionnel) du piment en poudre ou entier

Comment faire ?

Comme d’habitude, c’est easy as pie, et si vous savez la base du ragoût, alors vous savez déjà faire.

Faites revenir les morceaux de viande dans un grand faitout et de l’huile, à feu vif, pour les saisir et les dorer. Une fois cuits, enlevez-les de la casserole. S’ils ont donné du jus, c’est encore mieux, mettez tout ça dans un saladier et ajoutez la sauce soja et un peu d’huile de sésame (attention, elle a beaucoup de goût, allez y mollo avec les proportions) et le piment si vous aimez que ça pique. Mais ça marche tout aussi bien sans.

Dans le faitout, faites revenir les oignons à feu vif. Quand ils commencent à donner du jus et ramollir, déglacez avec du vinaigre de riz et laissez les encore un peu.

Puis ajoutez votre mélange de viande revenue et un peu marinée, allongez d’un verre d’eau, remuez, couvrez et baissez le feu. Désormais, il faut que ça cuise et recuise, comme un ragoût quoi.

C’est prêt quand les oignons ont fondu en partie dans la sauce et que la viande est tendre. Donc prévoyez votre coup, c’est plutôt un plat qui se prépare la veille pour le lendemain.

A servir avec du riz basmati (j’ai testé avec des nouilles de riz, c’était pas le top), ça doit bien marcher avec des petits légumes croquants aussi. Si vous testez, let me know !